La royauté et le sacré

Notre atelier recevra Christophe Levalois pour évoquer son livre « La royauté et le sacré », éditions du Cerf, coll. Lexio, 2016.

Quels sont les liens entre la royauté et le sacré ? Quels sont également les liens entre la vie spirituelle, la royauté et l’organisation des sociétés dans l’histoire ?

En quoi la royauté est aussi l’image de l’être relié au Ciel ? Quels sont ses symboles ? Dans quelle mesure cette institution est universelle ? Quelle est l’histoire de la royauté ?

Des textes seront lus et des images projetées pour illustrer cette présentation.

Entrée libre

Christophe Levalois est enseignant, prêtre orthodoxe (paroisse Saint-Séraphin de Sarov, 15e), rédacteur en chef d’Orthodoxie.com.

Ses deux ouvrages aux éditions du Cerf, « Prendre soin de l’autre – Une vision chrétienne de la communication » et « La royauté et le sacré » pourront être acquis et dédicacés.

La royauté et le sacré-4

 

« L’été quand maman a eu les yeux verts »

Overflow: la rencontre « Littéramorphose » du mois de mars.

Overflow, car c’est tout simplement l’image qui m’inspire la lecture du dernier roman de Tatiana Țîbuleac (« L’été quand maman a eu les yeux verts »). Son livre est avant tout un témoignage très puissant sur le pardon, une lutte presque charnelle pour gagner l’amour, l’amour d’une mère, l’amour d’une vie.

C’est un livre qui fait de la mort un ami, un ami qui nous réconcilie avec nous mêmes et avec ceux qui n’ont jamais su nous aimer, ou peut-être seulement avec ceux qu’on n’a jamais su accueillir tels qu’ils sont…

Mais Tatiana sait aussi surprendre tout signe de douceur et c’est ce qu’elle a fait dans ses « Fables Modernes » où chaque nouvelle est un exercice d’amour, un regard de douceur sur le monde.

Vous êtes chaleureusement attendus dimanche 19 mars, 17h à la crypte St.Francois, 35 rue St. Sulpice, 75006 Paris, pour une rencontre littéraire avec Tatiana Țîbuleac

 

overflow_tatiana

Le témoignage d’un passé

Chers amis,
 
Les Conseils de Neagoe Basarab pour son fils Théodose, fut le prétexte de notre dernière rencontre autour de la littérature ancienne.
C’est un livre testament qui se plie très bien aux  mentalités de l’époque où tout était régi par Dieu, par une pensée continue vers Dieu.
C’est un livre qui nous rappelle l’importance de la transmission, de la continuité, du rachat du temps perdu, de la remémoration et du choix des priorités dans la vie.
C’est un livre écrit dans la proximité des Saints Pères de l’Eglise, c’est une fresque dans le monastère de nos âmes.
Je n’ai pas de mots pour remercier Laura pour la joie qu’elle nous a faite en ouvrant les portes de la littérature ancienne et pour nous avoir rappelé que l’homme est le continuateur de l’histoire divine ; de nous avoir aussi rappeler que la vie est un don, un libre arbitre, un don de sagesse, un don des modèles exemplaires.
Ayant comme source les récits bibliques, les écrits mystico-ascétiques, les écrits folkloriques et les nombreuses hagiographies de l’époque, le livre de Neagoe Basarab nous propose la Croix comme modèle de vie. Par ses conseils vers une relation verticale avec Dieu et par ses enseignements sur la vie quotidienne (sur l’horizontale) son livre est une des plus belles invitations de faire de notre vie une priorité, une priorité dans l’achèvement/l’aboutissement de nous même, en accomplissant le commandement de l’amour.
S’il faut choisir parmi les nombreuses métaphores qui caractérise un livre je choisirai la chandelle : le livre comme chandelier qui illumine tous ceux qui lisent.
Comme mot de la fin,  n’oubliez pas qu’ « En lisant on rend heureuse la vie elle-même » Miron Costin chroniqueur roumain
neagoe_basarab_fr